« De tous les maux dont l’homme s’est fera lui-meme responsable, aucun n’est aussi degradant, choquant ou brutal que le abus d’une meilleure moitie de l’humanite ; le sexe feminin (nullement le sexe faible) »

« De tous les maux dont l’homme s’est fera lui-meme responsable, aucun n’est aussi degradant, choquant ou brutal que le abus d’une meilleure moitie de l’humanite ; le sexe feminin (nullement le sexe faible) »

Des femmes cheffes de famille

Au 1 er fevrier soir, la Haute Cour de New Delhi, a valide votre verdict historique (1) ! En effet, cet organe de juridiction a donne raison a la demande d’la fille ainee d’une famille riche, apri?s deces de son pere (et n’ayant environ freres ni oncles), de prendre le titre de « cheffe de famille » au detriment de son neveu se considerant comme le male vivant le plus age d’une famille. Cette heritiere est en mesure de maintenant jouir une pleine autorite pour gerer la propriete et les affaires une famille, le tribunal ayant decrete qu’il n’existait aucune raison valable justifiant qu’une soeur ne puisse pas tenir ce role cle !

Pourtant en Inde, traditionnellement, votre position, superieure a celle des autres membres de la famille, est confiee seulement a l’aine male, tradition appuyee par la loi indienne de 1956 qui regit le mariage et Notre succession (TAWA LARMA, 2004, p. 229) mais ensuite contestee via celle de 2005 qui garantit aux jeunes filles des droits egaux en matiere de succession (2).

Ainsi, en accordant ce droit egal de porter le titre de Karta (chef de famille) a l’aine-e de la famille, indistinctement de le sexe, votre jugement met un terme a la tradition hindoue glorifiant le role du male aine dans la fratrie.

Malgre l’espoir suscite par votre nouvelle, l’Inde est un pays domine par les hommes, en nombre superieur (faible sexe ratio), ou des crimes contre ces dames seront monnaie courante ! Outre les viols collectifs portes a la une des journaux internationaux, d’autres crimes, nombreux, paraissent autant de stigmates de l’etat du statut des dames en Inde : deces lies a la dot, jets d’acide, crimes d’honneur, f?ticides et infanticides feminins !

Les femmes indiennes : sous Notre trinite en tutelle

Depuis forcement en Inde, ces dames ont ete considerees comme la propriete exclusive de un pere puis de leur mari, avec des autorites partagees via le frere ou le gamin aine, suivant le statut marital rencontres hГ©tГ©rosexuelles une femme. Par exemple, a la naissance, la fille est placee sous l’autorite de son pere, au mariage, la petit soeur marche sous la tutelle de son mari, et la veuve enfin tombe sous la responsabilite de le fils. En fait, la structure familiale traditionnelle indienne prescrit a toutes les femmes un role de fille, d’epouse ainsi que mere (SAGLIO-YATZIMIRSKY, MARIUS-GNANOU, 2002, p.119).

Le dicton “eduquer sa fille, c’est comme arroser une plante au jardin de son voisin” resume bien ca de devalorisation d’etre une femme en Inde, principalement apres le mariage, entrainant frais Afin de la dot et une « inutilite » pour la famille. Comme le rappelle l’anthropologue-sociologue indianiste, Isabelle Milbert, une cousine ne tienne face a l’oppression que Afin de etre belle-mere a le tour, car avec l’arrivee d’une belle-fille dans la maison, elle peut pour la toute premiere fois s’affirmer face a une personne adulte concernant laquelle i§a aura une ascendance. Beaucoup de belles-meres, frustrees, abusent aussi de votre autorite qu’elles partagent avec leurs fils.

Violences faites a toutes les dames et servitude acceptee

Il existe plusieurs annees deja que l’Inde se positionne tel le quatrieme pays le plus dangereux au monde pour les femmes (classement avec la Fondation Reuters). C’est un enieme evenement tragique, en decembre 2012, lie a votre que l’on appelle desormais l’“epidemie de viols”, afin que les medias indiens, les hommes et les femmes de chaque foyer, et les politiques se saisissent serieusement d’la problematique des femmes et relancent le debat de l’application des lois censees les abriter.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *